Vivre ensemble

Chaque enfant, chaque jeune est un membre à part entière de la communauté, qui doit apprendre à bien vivre avec les autres, dans le respect des valeurs démocratiques qui fondent notre société.

Défendre l’importance de l’apprentissage du “vivre ensemble”, c’est favoriser la cohésion sociale à travers des actions très concrètes, qui concernent l’apprentissage à la citoyenneté et la promotion de la participation des enfants et des jeunes. Elles relèvent aussi de la promotion de l’égalité entre les sexes, de la lutte contre toutes les discriminations, comme la prévention de l’homophobie et de la transphobie, ainsi que de la lutte contre la violence ou le (cyber)harcèlement à l’école. Elles s’inscrivent également dans le cadre de la promotion du développement durable.

Quelques réalisations et projets

Plan cantonal de lutte et prévention contre le (cyber)harcèlement : déploiement d’un plan de sensibilisation et formation sur toutes les écoles du canton des différents degrés dès 2016. 30 établissements inscrits dans le plan à la rentrée 2017.

Entre 2014 et 2017: conception et mise en place d’une toiture végétalisée « durable » de plus de 1000 m2 au 5a chemin de l’Echo appelée Nature Echo. Aménagements: prairies, nichoirs, hôtel à insectes, abris pour les chauves-souris, station météo, panneaux solaires et parcours pédagogique. Plans dessinés par des étudiants de l’HEPIA (concours en 2015). Réalisation par 155 apprenti-e-s et une trentaine d’enseignant-e-s représentant 9 filières professionnelles et une vingtaine d’élèves du primaire.

Entre 2015 et 2016: le canton de Genève (Ecole de commerce Nicolas Bouvier) choisi comme canton pilote avec son projet « Mettez du développement durable dans votre enseignement » en partenariat avec le canton de Vaud (École Technique–École des Métiers Lausanne).

Dépôt du projet de loi sur l’enfance et la jeunesse. actuellement en traitement au Grand Conseil.

En savoir plus

Renforcement de la participation des enfants et des jeunes, notamment dans le cadre scolaire ains que par la création d’un Conseil de la Jeunesse au sein du projet de loi sur l’enfance et la jeunesse. Rédaction de ces éléments dans le projet de loi suite à une consultation des enfants et des jeunes (projet “je participe!” en novembre 2015) les invitant à faire des propositions pour améliorer leur participation à la vie de la cité.

Elaboration d’une brochure de référence sur les principes de la laïcité à l’école.

Participation du DIP à la plateforme contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Mise en place d’un plan d’action dans le cadre scolaire.

Dans le cadre du plan d’action pour la valorisation des filières d’études et des métiers scientifiques, en particulier auprès des jeunes filles, mise en œuvre, avec l’Université, du programme Athena. Ce programme permet à des collégiennes et collégiens de participer à un cours universitaire de maths ou physique et, en cas de réussite, d’obtenir des crétis ECTS pour leurs futures études. En 2015-2016, 70 jeunes ont participé et 35 ont réussi l’examen final. En 2016-2017, 74 jeunes ont participés et 20 ont réussi l’examen. Pour 2017-2018, 72 jeunes sont actuellement inscrits.

Modification du formulaire de la base de données scolaires de manière à reconnaitre la diversité des configurations familiales, notamment les familles arc-en-ciel mais aussi les familles recomposées hétérosexuelles

Durant la législature, intensification des actions de prévention de l’homophobie et amélioriation de nos dispositifs d’intervention dans les établissements du secondaire II. Entrée du cycle d’orientation et du primaire dans le dispositif par la formation des enseignants.

Dès 2017, adaptation de nos dispositifs pour intégrer le suivi des élèves transgenres, leur reconnaissance et sécurité dans nos écoles.

Revue de presse