Mineurs non-accompagnés (MNA)

Depuis 2018, notre canton fait face à une nouvelle problématique sociale, celle des jeunes mineurs non-accompagnés en errance à travers l’Europe.

Il s’agit de jeunes, présumés mineurs, pour l’essentiel issus du Maghreb et qui ne relèvent pas de la procédure d’asile. Face à leur augmentation constante et à l’absence de solution de prise en charge adéquate, le canton s’est très vite trouvé totalement démuni, malgré les efforts pour trouver des réponses appropriées. Au printemps 2019, j’ai obtenu du Conseil d’Etat la création d’une délégation aux migrations (composée de Mauro Poggia, Thierry Apothéloz et de moi-même). Elle s’est, notamment, fixée deux objectifs :

  • Répondre aux besoin de modularité d’hébergement et de suivi des MNA (de la simple mise à l’abri humanitaire au foyer éducatif) en lien avec les partenaires institutionnels et associatifs. L’ouverture de 20 places au foyer Seymnaz en a été la première concrétisation.
  • Proposer des activités mobilisatrices en journée, telles que des chantiers éducatifs.
En savoir plus

Réalisations et projets

2018

  • Accueil de jour des MNA au sein du programme CAP (15 places) de l’Association Païdos (dispositif reconnu dans le cadre de la Formation obligatoire jusqu’à 18 ans – FO18).
  • Suivi socio-éducatif de rue des MNA par l’Association RESET, notamment pour ceux qui sont hébergés dans les hôtels sociaux.
  • Ouverture de 10 places pour les MNA au sein des structures de l’Hospice général (depuis septembre 2018), quelques jeunes très vulnérables se trouvant dans des foyers de l’éducation spécialisée.

2019

  • Ouverture en novembre de 20 places pour les MNA au sein du nouveau Foyer Seymnaz dirigé par FOJ, pour les jeunes les plus vulnérables, sur le plan de la santé, de l’isolement et de la juvénilité.
  • Soutien financier du DIP au CAPAS (depuis fin 2019) pour développer des solutions d’hébergement adéquates et des activités de jour, en renforçant la concertation entre les partenaires institutionnels et associatifs.

2020

  • Développement d’un dispositif de premier accueil (hébergement d’urgence) et d’évaluation avec l’Accueil de nuit de l’Armée du Salut.
  • Mise en place d’un projet pilote d’accueil des MNA (jusqu’à 12 places) au sein du programme Inserres à la Ferme de la Croix-Rouge genevoise (reconnu dans FO18).
  • Mise en place d’un dispositif spécifique au sein de l’Accueil du secondaire II pour les MNA qui démontrent la motivation et la stabilité nécessaire au respect du cadre scolaire.
  • Collaboration notamment avec l’Hospice général pour élargir les possibilités d’hébergement des MNA identifiés comme vulnérables.
  • Identification de besoins en matière de travail social et de concertation des acteurs sur la base du rapport d’un expert mandaté par le CAPAS, la FOJ et la FASe, transmis à la Délégation du Conseil d’Etat à la migration en décembre 2019.